Les Hommes et les météorites.

Il y a environ 3400 ans, les Egyptiens utilisaient des météorites de fer pour leurs armes et leurs bijoux.

A gauche, dagues en météorite de fer retrouvée dans le tombeau de Toutankhamon.

A droite, masque funéraire de Toutankhamon.

En langage hittite, sumérien, assyrien ou égyptien, les météorites sont appelées « métal du ciel, feu du ciel ou tonnerre du ciel ».

Dans l’Antiquité, l’origine des météorites est vivement discutée par les philosophes grecs de plusieurs écoles. Les écrits les plus reculés évoquant les météorites datent de 467 av. J.-C.

En 861, la météorite de Nōgata tombe dans le jardin d’un temple shintoïste japonais. Elle y est toujours conservée. C’est la plus ancienne météorite recueillie encore préservée.

Le 7 novembre 1492 à 11h30 du matin, une météorite tombe à Ensisheim en Alsace.

Gravure illustrant la chute de la météorite d’Ensisheim.

C’est la première retrouvée et conservée en Europe. Elle se fragmente dans l’atmosphère, puis tombe en une pluie de pierres pesant au total environ 127 kg. Le plus gros bloc creuse un cratère de 2 mètres de profondeur dans un champ de blé. Aussitôt sur place, la foule s’empresse de prélever des fragments de la « pierre tombée du ciel » (météorite = aérolithe) transformée en porte-bonheur. 19 jours plus tard, le futur empereur d’Autriche, Maximilien, entre dans la ville et voit en la météorite un signe de bon augure pour le prochain combat contre les Français… qu’il gagne. La météorite, perçue comme un message divin fut conservée dans l’église de la ville.

Le 26 avril 1803 (6 floréal de l’an XI) vers 13 heures, la chute de la météorite de L’ Aigle en Basse-Normandie marque un bond scientifique.

A gauche, le rapport de Jean-Baptiste Biot sur la chute de la météorite de l’Aigle.

A droite, Jean-Baptiste Biot, académicien, Astronome, Mathématicien, Physicien.

Jean-Baptiste Biot, physicien, mathématicien et astronome français envoyé sur place par le ministre de l’intérieur, réalise une étude de la météorite et démontre à l’Académie des Sciences que ces pierres sont bien d’origine extra-terrestre, comme prédit par Chladni.

L’origine extra-terrestre des météorites est alors admise par l’Académie des Sciences.

Représentation des fréquences des impacts de petits astéroïdes sur Terre.

Depuis 1803, près de 50 000 météorites ou fragments de météorites ont été trouvés.
La majeure partie de ces échantillons sont conservés dans quelques dizaines d’institutions à travers le monde et sont étudiés par des centaines de laboratoires.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :