Que nous apprennent les météorites différenciées ?

Contrairement aux chondrites, les météorites différenciées (météorites de fer, achondrites,…) ont subi des transformations physico-chimiques. Les processus de « différenciation » englobent à la fois la séparation métal-silicates (métal-roche) et la formation d’une croûte à partir d’un manteau.

Les météorites différenciées nous apprennent que les phénomènes de fusion ont joué un grand rôle dans les processus de différenciation. Par ailleurs, ces météorites apportent des renseignements précieux sur l’intérieur d’une planète, inaccessible autrement. Elles nous éclairent sur la façon dont le métal s’est formé au début du Système solaire. Elles nous permettent également de déterminer l’évolution thermique et les taux de refroidissement des corps planétaires.

Photo à venir…

Ces météorites nous renseignent sur le noyau d’anciennes petites planètes, sur les plus vieux volcans du Système solaire, sur la face cachée de la Lune, etc…

Parmi les achondrites, on distingue les météorites lunaires et les météorites martiennes, encore appelées SNC (Shergottites-Nakhlites-Chassignites). Ces deux familles de météorites ne viennent pas de la ceinture d’astéroïdes, mais de la Lune et de Mars, respectivement.

Face visible et face cachée de la Lune.

Les météorites lunaires ont un intérêt par rapport aux échantillons ramenés des missions Apollo : elles donnent une meilleure représentation de la surface lunaire. En particulier, la moitié des météorites lunaires sont susceptibles d’être issues de la face cachée de la Lune.

Planisphère de le planète Mars _ NASA.

Les météorites martiennes représentent les seuls échantillons de la surface de Mars disponibles au laboratoire à ce jour. Elles sont précieuses pour comprendre l’évolution géologique de la planète.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :